47 rue du Point du Jour 92100 Boulogne billancourt

FOR YOUR SMILE

Cabinet dentaire

47 rue du Point du Jour 92100 Boulogne billancourt
47 rue du Point du Jour 92100 Boulogne billancourt

FACE AUX BAR À SOURIRES, LES DENTISTES MONTRENT LES CROCS

Articles tirés du magazine Marianne.

Articles tirés du magazine Marianne.

(...) Et dire que, chaque jour, des millions de Français sourient en toute innocence, sans se douter de la lutte acharnée qui se trame ... pour blanchir leurs dents!


Un marché en or...blanc


Pas de quoi plaisanter en effet, l'affaire semble grave: Depuis deux ans, des enseignes fleurissent partout en France et proposent aux quidams de leur faire le sourire d'Omar Syen moins de temps qu'il n'en faut pour une bonne manucure. Ils sont nombreux à sauter sur l'occasion de nettoyer un sourire trahissant une addiction à la nicotine, au café ou au vin nouveau. Engoncés dans un fauteuil avec une gouttière dans la bouche et une lampe devant le nez, ces clients peuvent se sentir momentanément ridicules, mais, en vingt minutes, le miracle opère. Et le blanchiment des dents est devenu un marché juteux. Jusqu'alors, seuls les dentistes proposaient d'assouvir nos pulsions hollywoodiennes. Mais voilà que de jeunes entrepreneurs aux dents longues viennent bousculer les habitudes. MagicSmile, Body And Smile, Point sourire ... Les boutiques pullulent, comme jadis les centres de bronzage en cabinesUv. Certains-sont même passés d'un marché à l'autre, comme Dominique Baumier, ancien directeur général de Point Soleil, aujourd'hui à la tête de l'enseigne Bcomme blanc. Mais c'est surtout le prix, autour de 80 € la séance de vingt minutes, qui rend nerveux les dentistes, leurs propres prix tournant plutôtautour de 400 € ...


Quels dangers?


Furieux, les professionnels des dents affûtent leurs arguments: six ans d'études, tout ce temps passé à manier la fraise et le poinçon dans la bouche de leurs patients, ce n'est quand même pas pour qu'une bande d'esthéticiennes viennent ravir leur marché! L'ordre national des chirurgiens- dentistes (ONCD)et la Confédération nationale des syndicats dentaires (ç:NSD) ont multiplié les communiqués de presse et alerté la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).Les dentistes croyaient afficher une première victoire depuis que la législation européenne a réaffirmé l'interdiction pour les non-médecins d'utiliser du peroxyde d'hydrogène (principal ingrédient blanchissant) à des taux dépassant 0,1 %. «Je suis malheureux pour les gens qui ont investi là-dedans, ils vont tous fermer ... » déclarait même avec une compassion affichée Christian Couzinou, président du Conseil national de l'ordre, sûr de son fait. Mais voilà: les bars à sourire soutiennent mordicus que leurs produits étaient et sont encore en parfait accord avec les critères européens. (...)


La vérité, celle sur laquelle les dentistes s'accordent de manière unanime, c'est qu'à des taux inférieurs à 0,1 % de peroxyde l'action blanchissante du produit est quasi nulle. « Soit ils ne respectent pas la législation, et ils sont dans l'illégalité la plus totale, soit ils la respectent et leur produit est inefficace! » résume Christian Couzinou. Comment expliquer, dès lors, que l'écrasante majorité des usagers constatent un blanchiment de leurs quenottes en sortant de ces boutiques? Laurence Addi, chirurgien-dentiste, avance une hypothèse : « Les lampes utilisées pour activer le produit chauffent la dent, qui se déshydrate. Quand il y a moins d'eau dans la dent, elle paraît plus blanche. » Un effet qui serait très éphémère, et pas très recommandé pour la santé de la dent. Mais, pour elle, ce n'est pas là que réside le véritable danger. « Avant toute chose, il faut poser un diagnostic sur l'état de la bouche du patient, rappelle-telle. S'il y une carie, le produit va entrer en contact avec la pulpe et on risque une nécrose de la dent qui est irréversible: . Ce n'est pas comme un bar à .ongles, c'est un acte qui doit être pratiqué dans une bouche saine, et seul un dentiste peut évaluer si une bouche est saine ou non. » Roland L'Herron, président de la CNSD, poursuit la liste des indices à prendre absolument en compte avant de procéder au blanchiment: « TIy a des gens qui ont des dents ternes ou crayeuses, il faut en . évaluer la sensibilité, ainsi que celle de la gencive. Et, sur les amalgames, il ne faut pas mettre de produit. »

Mais, regarder dans la bouche de leurs clients pour constater la présence de caries ou des gencives qui saignent; les bars à sourire n'en ont pas le droit !


« Ce n'est pas comme un bar à ongles, c'est un acte qui doit être pratiqué dans une bouche saine. Seul un dentiste peut évaluer cela. »


Une dentiste



Dernière mise à jour le: 22/10/2021